Le Temple

Le temple actuel, entouré d’immeubles modernes, est le seul vestige du XIXe siècle à avoir été épargné par les démolitions des années 1960.A vrai dire, sur ce même emplacement, ont été bâtis 3 temples. Archives Municipales d’AlèsLe temple actuel, entouré d’immeubles modernes, est le seul vestige du XIXe siècle à avoir été épargné par les démolitions des années 1960.A vrai dire, sur ce même emplacement, ont été bâtis 3 temples.Le premier date de 1579. C’était un édifice imposant construit pour accueillir 5 à 6000 Réformés. Il comportait 3 portes d’entrée, 15 fenêtres rectangulaires. Sa façade située rue Peyrolerie comportait une tour carrée surmontée d’ un clocher. En 1685, La Révocation de l’Edit de Nantes ordonne la démolition de tous les temples. En 1707, les Pénitents vont construire une chapelle sur son emplacement.Après la période dite du “Désert” durant laquelle les protestants vont se cacher, survient l’Edit de Tolérance qui va peu à peu rétablir les non-catholiques dans leurs droits. En 1792, le Consistoire peut racheter la chapelle des Pénitents vendue comme “bien national” à la Révolution. Mais cette chapelle est en très mauvais état, trop petite. Elle fait tout de même office de deuxième temple.Après bien des péripéties, le Conseil presbytéral décide en 1854 de construire un nouveau temple, sur le même emplacement, agrandi du bâtiment de l’école des garçons et deux maisons. Les plans et devis furent dressés par M. Léon Feuchères puis à son décès par M. Revoil. La défense fut supportée par le Consistoire et la Ville d’Alès. Le Temple se démarque des autres temples de la région par l’emploi du style néo-roman. Son inauguration eut lieu le 3 décembre 1868.En 1938, l’orgue du XIXe siècle est restauré. En 1993, un nouvel orgue est installé. Il est réalisé par Gérald Guillemin.Le 16 décembre 2000, le clocher reçoit deux cloches ; leur nom est « David » et « Marie Durand ». Une fontaine en pierre de taille vient embellir la place du temple.En 2002, un plan sur 10 ans est mis en place pour la rénovation complète du bâtiment et sa mise aux normes.(Sources : Archives Municipales d’Alès)