La Gouvernance

D’après la Charte pour la gestion des biens français inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de 2010, « L’État (Ministère de la Culture et de la Communication et Ministère de l’Écologie) est chargé :

  • de l’élaboration des politiques et des cadres réglementaires relatifs à la sauvegarde, la protection et la mise en valeur des patrimoines architecturaux, urbains, archéologiques, paysagers ou naturels concernés par les Biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial,
  • du contrôle de la cohérence nationale de leur mise en œuvre, au regard de la politique générale d’aménagement du territoire, en concertation avec les collectivités territoriales qui en ont la charge. »

Le Bien Causses et Cévennes, inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco en tant qu’exemple de paysage culturel de l’agropastoralisme méditerranéen, nécessite une expertise et une gouvernance qui permettent d’appréhender au mieux la notion particulière de paysage culturel qui emprunte à la fois aux champs de la nature et de la culture. C’est le Ministère de l’Écologie qui est responsable de la mise en valeur et de la préservation du Bien Causses et Cévennes, appuyé par les services des Directions Régionales de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) du Languedoc Roussillon et de Midi Pyrénées et par les Directions Régionales des Affaires culturelles (DRAC) des mêmes régions.

Représentant la responsabilité de l’État sur le Bien, un préfet coordonnateur a été désigné par un arrêté ministériel en janvier 2013. Aujourd’hui, le Préfet de la Lozère remplit cette mission.

Conformément aux orientations de l’UNESCO qui encouragent les États parties à assurer l’engagement d’une large variété d’acteurs, gestionnaires de sites, autorités locales et régionales, communautés locales, organisations non gouvernementales (ONG) et partenaires intéressés, un système a été mis en place depuis le 1er juillet 2012.

Il s’organise autour de 3 instances :

Un Conseil scientifique et des groupes de travail assistent le Comité d’orientation.